107

- Je propose qu'on commence par l'incroyable descente du Nil, on continuera par les ailes du courage et ensuite, si on n'a pas trop faim, on  enchaînera avec les merveilles de la mer et du ciel.

- Et pour les jeux vidéos ?

- On verra, fiston, on verra mais on n'est pas venu ici que pour jouer, tu sais...

Jour de visite au Futuroscope. Nous avons reçu deux billets gratuits pour les 20 ans, rien que parce qu'on tient une chambre d'hôte dans la Vienne. Nous voici donc tous les trois (femme, enfant, papa) en train de gambader joyeusement dans les allées goudronnées de ce formidable parc d'attraction.

Premier tour dans une salle IMAX pour découvrir un film surprenant sur une incroyabe descente du Nil en rafting. Attention les yeux, ça va déchirer.

"Moi, James, anthropologue, j'ai toujours été surpris par ce formidable spectacle qu'offre le Nil (c'est marrant, cette voix me dit quelque chose). Descendre le Nil pour découvrir sa source, c'est un véritable défi que je me lance avec mon équipe. Ceux qui ont tenté l'expédition avant nous ont abandonné ou sont morts dans d'atroces souffrances physiques. Moi je serais avec des débutants dont Johann, une égyptologue renommée et Mohammed (ça devait être tard dans la nuit, je sais plus).  Le Nil, c'est un fleuve mais on y rencontre aussi toutes sortes de gens dont des tribus éthiopiennes.

J'aime les éthiopiens, ils sont humbles et proches de la terre. Ils connaissent la valeur d'un sourire. Ce sont des vrais gens qui ont une religion bien à eux (ça devait être pour un produit de nettoyage. Un truc à l'orange qui nettoyait même les vitres).

Parfois dans le Nil, il y a des crocodiles. Et ils sont énormes. Ils peuvent manger des êtres humains. C'est un reptile assez impressionnant. Nous avons donc surveillés les bords du fleuve avant d'aller nous coucher...

- Là, j'en vois un ! Il est majestueux et impressionnant (et elle ! C'était son assistante qui lançait des trucs comme "pas croyable", "c'est fabuleux" ou "le ménage ne va plus être une corvée" et "j'en crois pas mes yeux")"

Sans prévenir, le film indique "Day 11" comme pour dire que là, il va se passer un truc important.

"On le dit jamais assez mais descendre le Nil c'est quand même un sacré spectacle. L'un des plus beaux que la nature nous ait jamais offert (avait il une moustache ? Un petit air à la Tom Selleck, je crois)

- Et c'est pas simplement impressionnant, c'est aussi une véritable expérience pour l'âme humaine. On en ressort transformé (Il doit bien y avoir une formation pour enchaîner naturellement de telles platités)

- Ouais, même Mohammed a trouvé ça impressionnant. Pourtant, je veux dire, il est né ici.

- En qualité d'égyptologue, j'ai trouvé des vrais richesses. C'est fantastique...

Le film marque ensuite "Day 23" et il ne se passe toujours rien. Les personnages de ce documentaire ont des mini orgasmes à chaque nouveau paysage.

- C'est super

- C'est incroyable

- Quel spectacle

- N'est ce pas Mohammed ?

Le film marque "Fin"

Mouais, bon, ils ont tellement passé de temps à s'extasier qu'on s'est quand même fait un peu chier. Et puis cette impression de regarder un téléachat sur un écran géant, c'est assez perturbant.

- Papa, on peut faire un jeu vidéo ?

- Pas tout de suite fiston, pas tout de suite. Y a un truc en 3D avec des poissons marins du fond des océans. C'est maintenant, on y va.

Grosses lunettes ridicules sur la tête. Le film indique que Kate Winsley et Johnny Depp vont commenter ce film... qui est en français et donc, avec d'autres comédiens.

- Le fond des mers, c'est magnifique, je veux dire, pour vous et moi, c'est très bas et on n'a pas forcément l'occasion d'y aller. C'est pourquoi ce que vous allez découvrir est peut être le plus beau spectacle du monde que la nature nous ai jamais offert (je sais pas, ça me rappelle un truc).

Nous observons des poissons majestueux, des requins tigres, des pieuvres géantes, des coraux impressionnants et doucement, tout doucement, au moment où la murène nous attaque de face, une irrésistible envie de loucher se fait sentir. Les prochains poissons seront doubles, et tant pis s'ils passent sous notre nez comme s'ils nous invitaient à les attraper. Au moment de la morale de fin, on ferme les yeux pour éviter de gerber.

"La mer regorge de trésors incroyables et majestueux. Malheureusement, l'homme a détruit 90 pour cent du fond marin et ce que vous venez de voir est amené à disparaître. Les tortues et les poissons des Caraïbes vont ils tous mourir à cause de l'être humain ?"

Retour à la lumière, il faut un bon quart d'heure pour retrouver une vue normale. En attendant, nous nous tenons tous les trois en essayant d'avancer sans nous cogner.

- C'est bon pour les jeux, papa ?

- Je sais pas, attends une seconde...

- T'as encore envie de voir un film ?

- Y en a un qui commence dans deux minutes avec deux écrans géants dont un sous les pieds... Allez, promis, ce sera bien !

Le film s'appelle "Merveille de la mer et du ciel". Voix off :

"La nature nous offre parfois l'un des plus beaux spectacles qui nous ait été donné de voir"

Image de mouettes, d'aigle royale, de dauphins, de baleines, de mouettes encore.... On se croirait à la fin de Soleil Vert, quand le vieux mourant à le droit à un spectacle de nature.

Les images s'enchaînent sans véritable lien. Dix minutes inutiles. L'écran en dessous nous montre des nuages ou la mer. Bref, on se penche peu. ça sert à rien. Comme l'impression d'avoir un papier peint animé sous les pieds.

"Mais l'homme a détruit peu à peu son environnement. Ces images seront elles celles d'un paradis perdu pour toujours ?" (les images en question sont des oies sauvages caquetant connement sous un soleil couchant).

Nous sortons de la séance, le moral plombé. Le monde est con, l'homme est destructeur, nous allons tous mourir.

- Sinon, il y a "les ailes du courage" qu'on n'a pas vu. C'est un procédé révolutionnaire qui...

- Pitié, j'en peux plus des films contemplatifs en Imax. Je veux de l'action, du bourrinage, de la destruction  massive , du coup de poing dans la tronche  sur des biches s'il le faut.

- Papa, on peut aller jouer aux consoles ?

Mon cher enfant, au moins lui, il comprend son papa. Pour la peine, je lui ai mis sa mère à Tekken...