En ce moment, je reçois ce genre de mails au bureau...

PREMIER After Work Chic ce MERCREDI !

Tous les Mercredis, pour la PREMIERE,
nous vous proposons de venir DINER et faire la FETE avec vos Ami(e)s...
Apéro Rencontres, NetWorking, Sortie de Bureaux, Before... et Clubbing...

Le Nouveau Lieu de la FETE à PARIS dédié à la Fiesta, aux Rencontres,
aux Femmes et aux Musiques Festives et Enjouées...
Alors si tu es une Fille, tu vas adorer rencontrer les Garçons
les plus Charmants de Paris... et si tu es un Garçon, c'est la Soirée
à ne pas manquer pour rencontres des Filles Sympas !"

Certes.

Maintenant, il est l'heure de rétablir quelques vérités.

1) J'ai du mal avec le langage clubbing ultra sweet du must have girly
des soirées happening en show case. Bien sûr, je conçois aisément que
ceux ou celles qui écrivent ce genre de mails doivent parler comme ça
(penser comme ça, brrr, ça me fait froid dans le dos) et que
ce courrier doit donner plus envie qu'un

"Cher Monsieur,

Vous n'êtes pas sans savoir que les vacances sont terminées.
Pourtant, pourquoi ne pas nous rejoindre pour un moment de
détente après votre dur labeur, autour d'une bière
ou d'un verre de brandy.

Nous vous proposons de partager un instant convivial de chaleur
humaine,de retrouver dans un cadre culturellement festif,
des gens de bons goûts qui vous permettront de reprendre
de l'énergie pour les quelques jours à venir.
Nous attendons impatiemment votre retour.

Vous ne serez pas déçu.

Amicalement"

Mais voilà, moi les soirées sur Paris, c'est plus chez moi. Avec ma console.

Je ne suis pas vraiment la cible donc.

En plus, je suis mal dress codé, du genre à venir avec des sacs plastiques remplis de bédés ou des provisions pour le lendemain. Je me vois mal à ce genre de soirées avec mes Pépitos, coincé entre Paris et Ophélaïe. 

2) "si tu es un Garçon, c'est la Soirée à ne pas manquer pour rencontres des Filles Sympas"

Monsieur, je fais fi de la faute d'orthographe, je m'en voudrais d'être l'hopital qui se moque de la charité, seulement j'ai dépassé le stade du "garçon" depuis quelques années. Je m'en suis rendu compte le jour où ma libraire de quartier à changer son "Mon petit" (jusqu'à treize ans) par un "Mon grand" (jusqu'à dix huit ans) avant de passer naturellement à un "Monsieur" (jusqu'à mes vingt et un ans) alors qu'un "Mon gars" aurait fait l'affaire depuis le temps qu'elle me connaissait.

Je ne pourrais donc pas participer à votre soirée pour rencontrer des filles sympas, même si j'en suis sûr, ça doit être super chouette méga chouchou trop cool des bibis.

J'ai bien conscience que votre langage vise un peuple de trentenaires CSP+ Capitaineflamisant en manque de batailles de polochons régressives, de barboteuses XXXL, de Grosquick, de Vick le Viking et autres chansons type "Yé yé, les copains c'est demain qu'on se fait la mall-leu". Mais voilà, moi, ce n'est pas mon truc. Autant détruire des montagnes à coups de rayons lasers ne me dérange pas du tout quand je suis chez moi tout seul, autant vous ne m'aurez pas à faire la chenille en groupe dans une soirée Banga où tout le monde chante
"qu'est ce tu bois Doudou dis donc".

De toute façon, même si je suis plutôt libre, je crois pas que ma femme sera d'accord.

3) J'aime parler bouquins, cinémas, bédés. Je suis pas sûr de pouvoir m'entendre avec des gens ubber fashion qui regardent leur téléphone portable et/ou leur Ipod Next Gen  tout en disant à leur copine des phrases telle que "Je te raconte pas, la DG en ce moment, elle est upper lourde.  Déjà qu'il faut tout marketter transversalement pour la présentacheune next week, en plus elle veut qu'on optimise  notre lunch break en uploadant toute la distrib' et qu'on change notre dress code pour être moins casual. J'ai même plus le temps de Myspacer à force de courir. Je te jure, j'ai à fond la rage."

Bref,

Tout ça pour dire.

N'espérez pas me voir à ce genre de soirée.

Un bon vin, une bonne compagnie, quelques vannes et de la nourriture (bonne), oui.

Pour le reste, j'échange mon paquet de Haribo contre une bonne soirée au coin du feu.

A bon entendeur.

Big Bisous (tadada tadada)