247

Je suis quand même touché par la mort de ma femme et mes deux enfants.

Bien sûr, je ne les connaissais pas depuis longtemps, bien sûr, Sara et moi n'avions plus aucune sexualité mais elle supportait toutes mes infidélités tant que rentrait l'argent.

Mes filles étaient deux pestes au caractères bien différents. Elles se détestaient littéralement. L'une essayait de piquer le copain de l'autre, l'autre se moquait d'elle dans son dos. Elles se disputaient tout le temps, en venaient aux mains souvent et à chaque fois, nous étions obligés d'intervenir. Tout cela finissait en larmes évidemment, mes filles ayant une passion commune pour le drame.

L'accident est arrivé bêtement. Ma femme a voulu tester un plat, un homard Thermidor je crois, avec l'aide de mes filles. Qu'est ce qui a mal fonctionné, je ne sais pas. Je me suis absenté cinq minutes pour un besoin pressant. A mon retour, tout n'était plus que flammes et hurlements.

- Mince, fût ma première réaction. Que faire dans ces cas là ?

On n'est pas préparé, ça arrive soudainement. Je pourrais bien sûr intervenir mais n'y a t'il pas un risque d'y laisser ma peau ? Quel gâchis ce serait alors...

L'idée est venu d'un coup, en les observant gigoter. Utiliser le téléphone, appeler les pompiers.

A leur arrivée, l'aînée était déjà décédée, ma femme rendait l'âme. Je pensais qu'ils sauveraient la dernière mais elle a succombé après quelques instants.

- Me voilà seul avec une cuisine ruinée, ai je d'abord pensé. Il va falloir tout racheter. A commencer par une alarme.

Bien sûr, je ne suis pas un monstre d'insensibilité et j'ai versé plusieurs  larmes devant les cendres de mes chères disparues.

Seulement, comme dit le proverbe, la vie continue et il faut faire avec.  J'ai donc proposé à la bonne d'emménager. Nous avions une relation suivie depuis longtemps. C'était l'occasion d'officialiser.

Les premiers temps ont été idylliques. Nous étions fous l'un de l'autre, nous faisions l'amour partout, tout le temps. Il y a bien eu quelques problèmes. Comme la fois où ma femme est apparue, blanche et lévitant, foutant une trouille du diable à ma nouvelle compagne. C'est triste à dire mais Kérine s'est fait pipi dessus. Elle est un peu sensible, j'ai dû la rassurer. Et je lui ai promis de me débarrasser des urnes qui encombrent notre maison. Plus de fantômes, une nouvelle vie commence.

Kérine se retrouve rapidement enceinte. Elle accouche d'une petite fille. Nous fêtons ça dignement. Elle accouche d'un garçon. Ma petite tribu se porte bien. L'aînée est joviale, une vraie flèche. Le cadet fait  des cauchemars mais il est affectueux. Tout le monde s'apprécie, je continue mes petites coucheries, ma femme est une reine de l'arnaque, nos enfants sont charmants. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Jusqu'au jour où...

Quand je l'ai vu arriver, j'ai d'abord cru à une blague. Elle vient juste nous prévenir, elle ne reste pas longtemps. Au lieu de cela, elle est montée à l'étage, elle a parlé à ma fille qui l'a tout de suite suivi. Mon fils a pris le même chemin. Ils sont tous sortis.

Elle nous avait prévenu pourtant. Nos enfants ne travaillent pas, ne font jamais leurs devoirs. Nous n'avons pas écouté. Nous préférions les rendre heureux, qu'ils soient satisfaits tout le temps. Nous avons cédé à leurs moindres caprices. Et quand nous avons commencé les leçons, il était trop tard. Elle était là, devant chez nous.

Ils sont montés dans sa voiture. Elle a disparu au bout de la route. L'assistante sociale les avait emmené.

Il ya eu comme un vide dans la maison. Ces enfants, nous les aimions vraiment. Nous leur avions appris à marcher, à parler, à être propres. Combien de fois avions nous vidé leur pot malgré l'odeur nauséabonde ? Et tout ça pour qu'on nous les retire en un claquement de doigts.

C'était totalement injuste.

Nous étions déprimés. Kérine surtout. Elle pleurait tout le temps, ne voulait plus de moi. Elle a vieilli d'un coup. Du  jour au lendemain, elle avait les cheveux blancs.

Je ne voulais pas en rester là. J'ai rencontré Sandrine. Ce fût le coup de foudre. Son mari a bien tenté de me casser la gueule mais il ne faisait pas le poids. Sandrine et moi avons connu de grands moments d'amour dans le jacuzzi. Quand Kérine se traînait à la maison, nous remettions le couvert au fond de l'eau. Me savoir avec une autre l'a déprimé encore plus. A la fin, elle n'était plus que l'ombre d'elle même.

J'ai proposé à Sandrine d'emménager. Elle a accepté à la condition de venir avec son fils. Il est certes un peu tête à claques mais pas méchant garçon. Le genre discret qui travaille dur, apprend ses leçons. ça me convient.  J'ai accepté.

Avec lui, Kérine reprend du poil de la bête. Visiblement, le courant passe bien entre eux deux. Pour ma part, j'ai des vues sur une nouvelle du quartier.  Je ne sais pas si j'aurais le temps de me la faire. Encore quelques jours et je serais un pépé.

Qui vivra verra

Sauvergarder la partie ? Oui  Non

C'est vachement pratique les Sims quand on a rien à raconter....