C'est LA résolution de votre (prochaine) année. Vous y avez mis le temps mais cette fois, c'est sûr. 2008 ne se terminera pas tant que vous n'aurez pas donné naissance à un enfant, lui apportant du réconfort, de l'amour et surtout un prénom pour la vie. Dés janvier, un peu après les fêtes, vous allez mettre vos oeufs dans le même panier et faire en sorte qu'il n'y ait pas une minute qui ne soit pas consacrée à la procréation. 

Cet enfant sera l'accomplissement de votre vie de couple. Votre rêve devenu réalité. Comme un conte merveilleux.

Oui...

Mais...

C'est bien joli de rêvoter sur le futur de votre petite tête blonde. Seulement, avant de sortir les violons et d'imaginer l'univers tout doux de ses prochaines années, il est bon de faire un point sur les quelques risques que vous allez rencontrer dans ce formidable parcours qui consiste à donner la vie à un être gluant dans les premières heures, et particulièrement hurlant dans les jours qui suivent.

Le risque ''J'ai une grande nouvelle"    

Avec vos potes, c'est à la vie, à la mort. Vous vous connaissez depuis des années, vous avez tout vécu ensemble. Ils ont participé à la naissance de votre couple, ils répondent toujours présents quand il y a un problème et lorsqu'il y a une fête à la maison, ils ne vous ont jamais oublié.

Tant que rien n'était fait, vous ne leur avez rien dit. Autant n'affoler personne surtout pas les potes. Mais maintenant que c'est en route, vous êtes chaud pour l'annoncer. Vous imaginez déjà leurs têtes surprises,  la grande soirée qui va suivre, les moments d'émotions  (un pote qui craque, c'est toujours beau), les propos éthylico-philosophiques sur votre avenir et vos nouvelles responsabilités. Bref, dans votre tête, ça ne peut être que génial.

Vous êtes déjà tout heureux, vous aviez tout prévu sauf

cas A) L'indifférence

- Ah bon...

- oui, oui. ça y est. Une nouvelle vie. On y pensait depuis longtemps. On a hésité un moment...  Et puis là. En plus, c'était la bonne période. Et bon. On a peur hein, mais, dans l'ensemble...  on est contents.

- Ah ouais...

- Et euh... voilà. On voulait partager ça avec toi parce que....

- Tiens, ça me rappelle. T'as vu la cinquième saison de 24h ?

- euh... oui.. enfin... oui.

- Tu pourrais me la rendre alors parce que j'ai des potes qui attendent pour la voir.. .

cas B) La séparation

- Nooon, ça veut dire que vous allez être parents ?!

- Ben oui...

- C'est génial... Mais, ça veut dire... on peut plus fumer alors ?

- Ben, oui si ça te dérange pas... Ou alors à la fenêtre...

- Ah ouais... C'est cool... Un enfant... . Avec sa chambre. Et ses petits pots. Et ses sorties au square. Et ses couches...

- Oui ?

- On va plus se voir alors ???

- Ah bon ?

- Ouais,  moi je vous aime bien... Mais les enfants, sérieux, c'est pas mon truc...

C) le transfert

- J'y crois pas, vous avez pas tenu, les chats, les chiens, ça vous suffisait pas, il fallait que vous fassiez un rejeton. Comme si la terre n'allait pas déjà assez mal. Vous allez devenir des cons de consommateurs qui ne pensent qu'à leur espace vital pour nourrir leur famille, des paquets toujours plus grands, des pots familiaux et une voiture bien spacieuse pour polluer la gueule des pauvres cons qui n'auront jamais l'occasion d'être à votre place.  si c'est pas dégueulasse de voir ça....

- Non mais attends, le prend pas comme ça... 

- Vous allez être des petits cons de bourgeois fiers de leur descendance que vous éduquerez à grand coups de pompe dans le cul parce qu'ils n'iront pas à l'église...

- Mais qu'est ce que tu racontes ?

- ...Et vous les ferez chier jusqu'à la lie pour qu'ils aient la meilleure note au bac alors que la seule chose qui les intéressent sera de fumer un gros joint pour oublier dans quel monde de merde votre putain de médiocrité les a fait naitre...

- Je comprends rien...

- Vous serez la pire race sur terre : celle des parents. Quand je vois les miens, j'ai envie de dégueuler. Et rien qu'à vous regarder, je sers très fort les dents.

Bref, l'annonce faite aux potes n'a pas toujours l'effet escompté et il est fort possible que vous en perdiez un ou deux dans la bataille. Votre enfant contre des amis pour la vie, pesez bien votre décision avant de faire pencher la balance.

Le risque "Oh la la, ma pauvre, si tu savais..."

Petit effet colatéral de la future naissance d'un enfant : Vous saurez tout, absolument tout, sur les pires accouchements de vos amies/proches/amies d'amies qu'on connait pas mais si tu savais ce qui lui est arrivé...

Car il y a deux moments bien distincts durant la grossesse. D'abord, le passage "on attend un enfant". Soit "ça se voit pas encore mais ma copine dégueule toute la journée". Puis le moment "nous nous préparons à l'accouchement" qui sonne comme l'ouverture d'une porte magique dans la tête de certaines femmes. Avec cette simple phrase, tous les tabous tombent. Vous réviez de savoir que votre meilleure amie à eu la foufoune en mille morceaux, un vrai Picasso après son accouchement ? Ne vous inquiétez pas, vous aurez tous les détails. Vous ne vous doutiez pas que telle autre avait fait une crotte énorme en même temps que sortait la tête de son fils ? Ou qu'on avait éventré telle autre alors même que l'anesthésie aurait du marcher et qu'elle n'avait plus la force de hurler quand on lui farfouillait les boyaux...

Oui. La naissance d'un être est un moment de joie... pour celles qui se régalent des souffrances des autres.

Par pure sadisme, elles rajouteront que bien entendu, un accouchement n'est pas un autre, et que tout peut très bien se passer pour vous. Mais qu'il vaut mieux s'attendre au pire. Comme ça, on n'est jamais déçu.
D'ailleurs, il y a une anecdote bien dégueu dont elles aimeraient vous parler...

Le risque "Noisettes ou Marrons"

Avant de faire sa rencontre, vous avez fait de nombreux efforts pour avoir l'air classe,  vous vous êtes mis à l'hygiène, vous êtes devenu un pro de l'écoute et un expert en conversations. Vous ne pétez pas à table, vous êtes incollable sur la musique, vous aimez voir cette lueur dans le regard de l'autre tout simplement parce qu'au fil des années, vous avez appris à plaire aux filles et à leur montrer le meilleur coté de l'homme moderne contemporain. Agréable, sachant vous tenir, séduisant, propre sur vous. Rien à dire, vous êtes impec...

Et puis vient ce jour où vous avez un enfant.

- Il a poussé, non ?

- Je crois pas, je viens de le changer...

- Oui mais quand même, il sent encore un peu, non ?

- Moi, je trouve pas...

- Si, il sent. Il sent fort, même. Je le sens d'ici.

- Moi je sens rien.

- Tiens, Robert, sens le petit pour voir... Alors, t'es d'accord, il a poussé...

- Ben euh...

- Tiens, il déborde même... Désolé hein... Heureusement, avec le lait, ça sent la noisette...

Et oui, même avec un MBA en poche, avoir un enfant vous ramène aux choses simples de la vie . Vos amis peuvent vous parler  vous n'en avez plus rien à foutre du dernier prix littéraire sorti. La seule chose qui compte c'est de savoir si la couche de votre enfant sent encore la rose, s'il n'a pas vomi la moitié de sa blédine, s'il est normal qu'il ait encore une petite faim alors que ce devrait être pour lui l'heure de dormir. Bref, pendant quelques temps, votre discussion sera limitée... très très limitée...

Il existe encore bien d'autres risques liés à l'arrivée d'un enfant mais il faudrait une journée pour faire le tour de la question (et puis merde, je suis flemmard moi, vous êtes drôles). Bien entendu, cela ne doit en rien vous gâcher le plaisir d'en vouloir. Mais comme on dit, un homme averti en vaut deux.

Alors si jamais vous voulez des jumeaux...