MAG_54

- Messieurs, j'espère que les vacances ont été bonnes. Maintenant, vous vous les mettez derrière l'oreille. Il va falloir mettre un grand coup de collier...

Je n'en peux plus, je ne pense qu'à ça, il m'en faut...

- Les chiffres sont tombés et ils sont sans appel. Comme vous le savez, notre secteur connaît quelques fluctuations...

Rien que d'y penser, j'en tremble. Je ne vais pas tenir, je me connais, je ne peux pas tenir... .

- Quelques perturbations liés à la crise. Mais plutôt qu'un long discours, je laisse la place à Jean-Daniel qui va nous montrer un bien joli Powerpoint...

Je vais avoir l'air con mais tant pis, je veux ma dose. Sans elle, je suis inutile de toute façon. Alors autant lever la main...

- Ranx, des questions ?

- Non... c'est que... enfin... si.... je peux aller me laver les mains ?

- Maintenant ?

Silence. Tous me regardent. Je m'en fous. Ils peuvent me dévisager, ça change rien. Tant qu'il en reste.

-  J'en ai pas pour longtemps... promis.

- Bon ben... si ça peut pas attendre. Mais... 

Je n'ai pas le temps d'écouter la suite. Je me retiens de courir. Ce couloir est long à traverser. On dirait  que ça fait des heures que je marche. Au bout, les toilettes enfin. Je pousse la porte.

- Tiens, salut..

Merde, qu'est ce qu'il fait là celui-là ???


-
T'es pas à la réunion ?

- J'ai un petit peu de retard mais bon... Je le connais son discours.

- Non mais ils te cherchent. Alors speede mon vieux.

- Ben et toi ?

- Moi c'est pas pareil...

L'enfoiré. Je suis coincé. Faut que je trouve une sortie.

- J'ai un truc qui passe pas...

- Ah bon et....

Je rentre dans les toilettes, je ferme derrière moi. Faire semblant de vomir.

- Ranx, ça va ?

Attendre quelques secondes, le laisser imaginer le pire puis

- ça va, ça va... C'est rien. Dis-leur que j'arrive... Je...

- Bon ben, tu traînes pas, hein ?

Non, ça je vais pas traîner. J'attends quelques instants pour être sûr qu'il soit bien parti. Je rouvre la porte. Enfin seul. Avec mon précieux, mon trésor. Je vais pouvoir m'en tartiner les mains, je vais m'en mettre plein les narines. Enfin...

Au début, j'étais comme tout le monde. Je rentrais de vacances, je découvre les messages de prévention et ce nouveau pot, une solution hydroalcoolique format familial à frictionner pendant trente secondes à la place du savon. J'en mets une noisette, je frictionne et renifle mes mains  pour en découvrir l'odeur.

Et là, c'est la révélation.

Comme un rappel des jours d'ennui au collège où l'on reniflait du diluant, cette même odeur, ce même principe.

Je renifle une nouvelle fois. Mon cerveau se rappelle. Pour un peu, j'entendrais presque le bruit de la sonnerie. Les élèves qui grimpent l'escalier.

L'effet se dissipe. J'en remets un peu. Il m'en faut encore.

On a cours à quelle heure ?

J'ai eu un deux en math.

Je vais me faire démolir. 

J'ai un mot pour l'EPS.      

Vous ferez signer ça par vos parents. 

Encore. Encore.

Il paraît que Grégory l'a fait en colo.

Sa mère elle est pas mal. Dommage qu'elle soit vieille.

Attends, moi je crapote pas.

Oh non, pas lui, je l'ai déjà eu l'année dernière.

Tu parles, elle embrasse super mal.

J'en remets une nouvelle couche. Je m'en tartine tout le corps.

Et vous me ferez trois tours de plus !

J'ai dit silence.

Alors, Ranx, cet abscisse ?

And this is my sister, Kathy, she's english too... 

Ranx ?

Non parce qu'elle m'a dit que si tu voulais elle voulait bien...


Oh non putain, j'ai rien révisé
...

Ranx, ça va ?

Mais samedi, mes parents sont pas là alors si vous voulez


- Ranx, bordel !

- Euh... oui ?

- Qu'est ce que tu fous ? ça fait une heure que t'es parti !

- Je... je me lave les mains...

- Et ben, ça va, elles sont propres. Allez on y va sinon le DG va nous tuer.

- Attends, je.. faut que je ... un tout petit peu...

Une dernière dose. Avant de retourner en cours...