66666672_p

C'est un fait, il pleut.

Pour un mois de juillet, c'est dommage.

Mais plutôt que de passer ma matinée à philosopher sur les gouttes, je dois sortir travailler. 

N'empêche, il pleut fort. Plus fort que d'habitude. Pour une fois, je pourrais envisager de prendre un parapluie. Celui que ma femme a laissé la dernière fois qu'elle est venue. Le seul de mon appartement.

Le parapluie rose.

Malgré la pluie abondante, j'hésite.

Soit j'arrive au bureau avec ce parapluie et tout le monde se moque de moi,

soit j'arrive au bureau trempé mais digne et tout le monde se moque de moi.

Le choix est difficile.

A moins que je le cache en arrivant, je le planque tranquille sous mes vêtements.

Personne ne saura que j'ai un truc dur et mouillé qui ruisselle sous mon jeans. 

Tout le monde remarquera l'éclatante sécheur de mes cheveux qui n'auront jamais été aussi peu décoiffés par la pluie.

Et je pourrais alors retirer ce truc qui me rentre dans la peau avant qu'il ne s'ouvre accidentellement contre ma jambe.

L'honneur sera sauf. Je resterais viril. Personne ne saura que j'ai un parapluie de fille.

En même temps, il va goutter partout.

Il faudra le faire sécher.

Et si quelqu'un le découvre malgré tout, il pensera que c'est un vice caché.

C'est ça.

J'aime me balader avec des parapluies féminins sans que personne ne le sache....

Rien que d'y penser, c'est presque pire.

Quel est l'imbécile qui a décidé de sexuer les parapluies ?

Un parapluie, ça devrait rester neutre, ça doit servir à protéger la tête de tous, être imperméable simplement.

Par exemple, on ne se demande pas si Chuck Norris a un parapluie de fille.  Il a juste un parapluie. Quand il pleut. Au Texas.

Je n'ai qu'à faire comme Chuck Norris. Ne pas me poser de questions. faire fi du regard des passants. Regarder devant moi, comme si j'allais sur une scène de crime.

Et puis, c'est ma faute, j'avais qu'à prévoir. J'aurais du faire les magasins. Chercher un parapluie qui me ressemble. Pas trop imposant. Pas trop gris. Subtilement amusant. Mais masculin quand même. Un parapluie qui va avec tout. Un parapluie pour l'homme qui assume son coté protecteur sans se soucier du quand dira t'on. Un parapluie bien avec son temps.  Un parapluie qui serait comme mon plus fidèle compagnon. Un parapluie qui ne fuit pas ses responsabilités.

Un parapluie qui n'a pas peur des gouttes en somme.

En attendant, ça tombe dru.

Tant pis, je ne sors pas, je reste ici.

J'expliquerais au bureau que mon absence est due à la pluie.

Je n'ai pas osé sortir, j'ai eu peur de mouiller les cheveux. 

Après tout, c'est humain.

Et compréhensible.

Surtout pour un mois de juillet, c'est dommage.