Singham-Poster

Attention, petit lapin, ce qui suit n'a aucun rapport avec cette image (à peine avec le titre), c'est juste du racolage passif

Ce déjeuner était bien sympathique seulement j'ai mal aux pieds.

J'ai marché jusqu'aux Tuileries, remonté la place Vendôme, fait un bout de chemin jusqu'à Opéra avant de repartir vers les Halles...

Bref, j'en peux plus. Je ne rêve que d'une chose, rentrer chez moi.

Ne reste plus qu'à retrouver mes clés.

Mes clés !!! (je ne sais pas pourquoi, en ce moment, il y a comme un thème)

Elles ne sont pas derrière la porte.

Je me vois la fermer.

Elles ont dû tomber. 

Je vais devoir me retaper tout le trajet.

...

ça fait dix minutes que je marche en regardant le sol. A force, j'ai l'impression d'être le Yann Artus Bertrand du pauvre. Et pas une trace de clé. Pas même un indice.

Pas grave, je continue ma gymnastique, relevant parfois la tête pour éviter les poteaux, les passants, les kiosques.

J'avance au ralenti, scannant le moindre pavé pour être bien sûr de ne pas y trouver mes clés. 

A chaque fois, je me fais une fausse joie.

Les gens doivent penser que je découvre pour la première fois les emballages aluminium tellement j'ai l'air content d'en trouver sur le sol.

En attendant, je continue.

J'en ai marre.

Je ne trouverais jamais.

Je suis perdu.

Autant rentrer chez moi.

Au pire, je passerais par la fenêtre.

J'arrive devant la porte d'immeuble, je fais mon code qui a changé (d'où le titre) et ouvre la porte 

"Vos clés étaient restées dessus. On les a prises, elles sont à la boutique".

C'est écrit en gros sur ma boite aux lettres. 

J'ai mal aux pieds mais je retrouve le sourire.

Une seconde.

Le temps de me dire qu'il faut que j'y retourne. 

Une dernière marche pour trouver un fleuriste,

leur dire merci

et m'allonger pour de bon.