jacques-2_483

Métro. Comme chaque matin, je passe par dessus la barrière.

- Monsieur, s'il vous plait !

Il arrive vers moi, le sourire aux lèvres. Derrière lui, les gros bras surveillent les autres tourniquets. Impossible de repartir.

Je me suis fait prendre, tant pis, je n'ai plus qu'à être bon joueur.

Ou alors, j'abats ma dernière carte.

- Je suis désolé, j'ai oublié mon portefeuille. J'ai même pas mes papiers.

Le contrôleur ne perd pas son sourire.

- Ce n'est pas grave. On va prendre une photo.

Pas le temps de répliquer, il lève son appareil.

- Souriez, s'il vous plait...

Réflexe idiot, je m'exécute.

Il regarde son mobile,  content de lui.

- Patience, ça charge, hein... Vous avez un compte facebook ?

- Euh... oui...

- Voilà...

Il lève son appareil vers moi.

- C'est vous, là ? 

Je ne sais pas comment mais il est arrivé sur ma fiche.

J'ai envie de dire non mais trop tard, ma surprise m'a déjà trahie.

- Bon... On a votre visage. Et maintenant votre prénom. Merci qui ?

- Je... euh...

- Merci la reconnaissance faciale !

- Mais...

- attendez, on va se connecter au réseau...

Le logo RATP apparait sur son appareil. Visiblement, ça charge.

Au bout d'un moment, des fichiers apparaissent.

Des vidéos.

De moi.

A chaque fois, la même chose.

Coup d'oeil à gauche.

Coup d'oeil à droite.

Je saute par dessus la barrière.

Comme tous les jours.

L'agent lui n'en perd pas une miette.

- Et ben dites donc, c'est limite discipline olympique....

-Non mais c'est pas moi...

Il lève le regard vers moi, le sourire en coin.

- C'est peut-être votre sosie...

- Ben... euh... ouais !

- Et ben, vous lui donnerez ça.

Un ticket de caisse sort de sa machine. Dessus, toutes mes infractions.

- Comme ça, vous pourrez partager.

J'en reste sans voix. 

-Vous n'êtes pas obligé de le garder. Ce n'est qu'un bout de papier pour vous faire à l'idée. La véritable amende arrivera directement chez vous.

Deux mois de salaire qui s'envolent.

L'agent lui garde son sourire.

- En vous souhaitant une bonne journée...

Je ne suis qu'un poisson tombé dans les mailles du filet.

Et apparemment, la pêche est bonne.

- Eh, vous monsieur....

Encore une prise.

La journée ne fait que commencer.