2651_78203594250_7658651_n

 

Bien entendu, je pourrais le laisser vivre.

Mais il est vieux. Il vomit partout. Il maigrit à vue d'oeil. Il est bourré de puces. Il perd ses poils. Il sent mauvais. Il n'est plus que l'ombre de lui-même et surtout, il souffre.

Nous avons passer suffisamment de temps ensemble pour savoir qu'il est temps pour lui de partir.

ça me rend triste mais je n'ai pas le choix.

Les enfants ne sont pas encore au courant.

Je leur achèterai une surprise. ça ne consolera pas mais pendant quelques secondes, ils seront divertis.

Et je leur expliquerai.

Qu'ils comprennent que je n'avais pas le choix.

En attendant, mon chat est sur la table du vétérinaire subissant sa première piqure. 

- Voilà, ça va l'aider à s'endormir. 

J'essaie de parler. Rien ne sort. 

- Je vais vous laisser dix minutes. Appelez-moi si vous avez besoin. 

- Juste...

- Oui ?

- Je n'ai pas réfléchi... Je suis parti sans argent. C'est un peu bête mais... combien ça va me coûter en tout ?


Il m'annonce le prix.

J'en reste sans voix.

Pour une piqure.

Deux en fait.

Il se fait une marge.

J'aurais du faire véto.

Quelques années d'études, une piquouse par-ci et hop, tombe la monnaie.

Bon. Ce n'est pas le moment.

Mon chat s'éteint doucement.

Il tremble un peu mais il est apaisé.

Il ne me lâche pas du regard.

S'il continue, je vais pleurer.

En parlant de pleurer, je vais pas pouvoir offrir de surprise.

C'est de ma faute aussi, j'aurais du faire attention.

J'aurais su le prix, je n'aurais peut-être pas foncé.

Reste une solution.

- Oui ?

- Pardonnez-moi mais c'est possible qu'on repasse ?

- Comment ça ?

- Ben là, vous lui avez fait une piqure. c'est bien. Je repasse dans deux semaines et vous faites la suivante. Comme ça, on lui dit "au revoir", on en profite encore un peu et moi, je peux prévoir un peu de budget pour...

Je sens bien que ça ne prend pas.

- Non mais sinon, on fait ça maintenant, hein. Moi, c'est juste pour faciliter... Et sinon, vous en faites quoi après ?

- Comment ça ?

- Je veux dire, vous les récupérez, non ? Y a pas des collectionneurs, des gens fascinés par les chats ? Parce que le mien, je sais pas si vous avez remarqué mais il a un pelage, un petit motif indien et je me disais qu'on pourrait en tirer un bon prix si...

- On ne fait pas de commerce, monsieur.

- Ah...

- Non.

Il remplit la deuxième seringue.

- C'est bon, on peut y aller ?

- Et même en partie ? Si quelqu'un a besoin de pattes, ne serait-ce que pour une greffe, vous ne lui refuseriez pas, si ?

- Vous tenez vraiment à ce que je vous réponde ?

- Et sur le Boncoin, y a peut-être preneur, non ?

Son regard pèse des tonnes.

- Non parce qu'y a de tout là-dedans. Il doit bien exister des repreneurs. Parfois, on tombe sur des tarés...

Rien que d'y penser, j'en rigole.

Je suis bien le seul.

- Pardon, je... 

- On peut finir maintenant ?

Je confirme d'un air contrit.

 Il s'approche de mon chat.

- Attendez...

- ...

- Je voulais dire, il est O+...

- Et ?

- Ben, si vous avez besoin d'une transfusion, il est O+. J'imagine que les chats ont aussi besoin de sang, non ?

- EUh... oui....

- Lui, il ne va plus en avoir besoin. Alors autant... Et puis, comme ça, si je peux avoir une ristourne...

- Vous en faîtes pas, va, ça va bien se passer. 

J'essaie de répondre.

Il n'y a plus rien à dire. 

Juste à se rendre compte.

Je n'aurais plus un chapeau de poils au dessus de ma tête.

Plus de souris dans mes chaussures.

Plus de vomi dans mon lit.

Plus de ronronnementqui me réveille.

Plus de calin d'un coup de tête.

Plus de chat avec qui jouer.

Plus de chat.

Son regard est devenu vide.

Je retiens  une bouffée d'émotion.

Quelques instants se passent, je ne sais plus quoi penser.

Un dernier regard en arrière et me voici dehors.

A l'air libre.

 Il faut que je trouve une surprise.

Et un moyen de l'annoncer.