Il y a bien longtemps que je n'avais pas mis les pieds dans un fast-food. Rien n'a changé. toujours les mêmes menus, toujours les mêmes tenues. Seul le regard des employés a changé. Il a l'air vide. Ils ont l'air imbécilement heureux. Ils passent d'un client à l'autre avec le même sourire maternel comme s'ils nous acceuillaient pour notre premier jour de crèche. 

- Hello, je peux t'aider ?

- Euh, oui, je voudrais un menu...

- Si tu veux un menu normal dis "bestof" sinon dis "Maxi".

Elle conclut sa phrase avec un petit rire mutin. Je ne comprends pas sa blague. Il n'y a pas de référence érotique, rien de déplacé dans le fait de prononcer ces mots... En attendant, elle reste là à me fixer bouche ouverte, attendant impatiemment ma commande.

- Ben... Je vais prendre un Bestof...

- Génial ! J'adore les Bestof. Tu les aimes toi aussi ?

Qu'est ce qui lui prend ? On se connait ? Et depuis quand c'est un sujet de discussion ? En même temps, elle a l'air tellement enthousiaste, je ne voudrais pas la vexer.

- Ouais. Enfin, oui. Enfin,  je viens pas souvent mais...

Elle ne m'écoute déjà plus, plongée dans la carte des menus.

- Pour un Bestof, il va me falloir un hamburger, une frite et un coca. Tu es prêt ?

Je ne sais pas ce qu'elle a pris mais ça a l'air d'être une aventure de préparer ce menu. A nouveau, elle me fixe bouche ouverte en attendant ma réponse.

- Bah... oui.

- C'est parti !

Elle se tourne, danse sur elle-même, attrape les frites qu'elle pose sur mon plateau en gardant le rythme.

- Nous avons déjà les frites, ne reste plus que le coca et le hamburger.

Je ne sais pas, peut-être qu'en vieillissant, on régresse physiquement. Je pensais faire quarante ans. Je n'en fait que quatre. 

-Pour le coca, il faut aller à la source de la grande fontaine gazeuse... J'espère que tu n'es pas trop épuisé.

J'hésite à répondre. Je... Non, je ne réponds pas. Je veux laisser traîner cet instant de gêne pour voir combien de temps elle reste sans cligner des yeux, sans fermer la bouche, sans...

- Et bien, si tu es prêt, allons-y !

Une nouvelle fois, elle se dandine jusqu'à la machine, remplit mon gobelet qu'elle vient déposer sur mon plateau. Elle sort un crayon, barre ce qu'elle a déjà posé.

- Pour ce menu, j'ai déjà les frites et le coca, il ne me reste plus que le hamburger. Peux-tu me dire où il se trouve ?

Bon, elle est gentille mais limitée. Pas grave, on a tous le droit d'avoir des problèmes, elle doit être sous anxio, je m'en voudrais de lui faire perdre son boulot. Je vais l'aider. Je lui montre du doigt où sont les hamburgers. Le caissier d'à côté me regarde d'un coup avec un sourire fourbe. Sans me quitter des yeux, il prend le hamburger et part se cacher dans la cuisine.

- Oh non ! Jo vient de prendre le dernier hamburger ! Qu'allons-nous faire ?

En fait, il n'est même pas caché. Il est juste mal planqué. Il ne cherche même pas vraiment à se dissimuler. Ma caissière a l'air paniquée. Pourtant, ce n'est pas si grave. On attend le prochain qui devrait arriver rapidement.

- Si tu vois Jo, dis lui "Jo, rends-moi mon hamburger" !

Je... je ne vais gueuler pour si peu.

- Dis "Jo, rends moi mon hamburger" ou sinon, tu ne pourras pas avoir ton menu.

Je pense à mes frites tièdes. A mon coca qui se réchauffe. J'ai faim. J'ai...

- Jo, rends-moi mon hamburger !

- Encore !

-Jo, rends-moi mon hamburger !

- Oh, mince !

C'est le Jo en question qui revient tout penaud remettre MON hamburger sur mon plateau. Ma caissière, elle, a repris son sourire effrayant.

- ça t'a plu ?

- Euh... ouais.. je...

- Moi j'ai adoré la visite de la source gazeuse.

- Cool...

- J'espère que tu reviendras vivre une nouvelle aventure...

Je reste un instant sans savoir quoi dire. Je cède ma place au client suivant et me rend compte que ce n'est pas moi qu'elle fixe, c'est le vide.

- Hello, je peux t'aider ?

Je mange mes frites molles en essayant de comprendre ce qui cloche avec cette génération.

Ce n'est pas l'éducation.

Ce n'est pas la crise.

C'est... Je ne sais pas...

Peut-être un truc de leur enfance qu'ils ont dû mal digérer.

 

Dora-hamburger-bufe-jatek