photo_accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La blouse d'hôpital qui me sert de vêtement fait office de vitrine. Tout le monde à l'acceuil peut voir, aujourd'hui, c'est open bar. Qu'importe, je la joue hautain, tenant mon cathéter d'un air digne, le temps que vienne mon tour, le temps de retourner me réfugier dans ma chambre. Je ne suis descendu que pour mettre en route ma télé. Ma convalescence va me permettre de rattraper mon retard sur Plus Belle La Vie. J'en suis à l'épisode deux. J'ai hâte de connaitre la suite.

 

Devant moi, une jeune polyarthritique rempli sa feuille de soins. Je la plains bien plus que moi qui ne suis là que pour une bête appendicite aigüe. Derrière, un trentenaire barbu vient cacher partiellement ma nudité. Accroché à son dos, son bébé de quelques mois me regarde droit dans les yeux, essayant de

deviner si à mon âge, je suis devenu un sein. Non, aucun lait ne sortira de moi. Il détourne la tête et part inspecter ailleurs.

 

Et c'est là que je remarque la carte vitale du monsieur. Elle vient de tomber. Il n'a rien vu. Je ne peux pas le laisser comme ça.

 

  • Excusez-moi, vous avez ... ». D'un doigt, je lui montre la carte.

  • Ah merde, merci. ».

     

    Il se baisse par réflexe, son bébé se penche, prêt à être catapulté, il va....

     

  • NON !!! »

    L'homme se redresse d'un coup. L'enfant retourne à sa place. Le drame n'a pas eu lieu.

  • Vous avez failli... enfin... je veux dire... Je vais le faire.... »

    Que celui qui n'a jamais été opéré me jette la première pierre.

    Je me suis baissé, j'ai ramassé la carte comme je pouvais et c'est là que l'opération s'est rappelée à moi. Une douleur horrible, impossible de bouger, je suis resté bloqué à mi-chemin entre le sol et mon bocal de Spasfon.

    Dans la salle, c'est le silence. J'entends juste un « J'te rappelle ». Vu ma position, j'imagine qu'ils admirent la vue. Si j'avais su, j'aurais fait installé un stand. Tout le monde aurait payé le panoramique.

  • Attendez... ».

 

Accrochée à ses béquilles, la polyarthtitique me tend la main. Son équilibre est précaire mais elle a l'air confiante. Je dois faire trois fois son poids. Allez, quatre... Bon, ok, cinq si vous insistez.

 

Mais elle sait ce qu'elle fait. Elle n'est pas bête. Je peux lui faire confiance. Je prends son bras et tire d'un coup.

 

Nous tombons ensemble comme au ralenti. Malgré son faible poids, sa chute me coupe le souffle; Mon cathéter vacille. Le jeune père s'empresse d'intervenir. Son fils atterri comme un boulet sur mon crâne. Ce petit a un talent inné pour le coup de boule. Il est en tout cas très doué pour m'assommer.

 

 

Je suis réveillé par un bip-bip sur fond de Genesis.

 

  • Et ben alors, vous vous êtes cru au manège ? On attrape le pompom et on refait un tour gratuit au bloc ?

 

Je reconnnais le ton mi-rigolard, mi-taulier de l'anesthésiste. Me voici prêt pour me faire réopérer. Mon oeil est tellement gonflé que j'arrive à peine à l'ouvrir.

  • En tout cas, il vous a bien amoché le mioche ».

  • Et lui, ça va ?

  • Lui ? Il a la tête souple. Il a rien senti.

  • Et la femme...

  • Elle, c'est pas drôle mais elle en a vu de pire. Par contre, vous, vous êtes un sacré numéro. Une star, même....

    Il termine sa préparation.

  • Je sais pas qui a pris la vidéo mais vos fesses sont sur la toile. Et dans tous les formats. Enfin, vos fesses et la chute. J'ai failli en faire dans mon slip quand je vous ai vu. La plus belle gauffre de l'année. Un type costaud comme vous mis KO par une handicapée rachitique et un bébé, c'est classe. Même Obama et Hollande ont liké. Enfin, eux et 15 autres millions de personnes.

    Je commence à sentir son mélange.

  • Un conseil avant de dormir. Ne montrez jamais plus vos fesses. Sinon, vous aurez pas fini de signer des autographes.

    Il part dans un grand éclat de rire tandis que je me sens ma tête tourner.

  • Allez, bonne nuit, les petits...