Terdjman-Israel_051-1

– Bienvenue la famille sur Wesh Culture, on va se passer un moment avec nos chroniqueurs qui vont nous parler de livres qu'ils ont lu en entier. Le premier, Manu Spontex, ça va ou bien ?

– Ça va, ça va...

– Tu va nous parler d'un livre qui existe depuis...

– Depuis Mathusalem... Et encore. Peut-être même avant la Bible...

–  Ouais. « Le Petit Prince »...

–  Rien à voir avec le Duc de Boulogne...

– Ouais, c'est chaud, ça se passe dans le désert et ça se passe ici, dans Wesh Culture.

–  Ouais, « le Petit Prince ». Bon, déjà, le gars, c'est un aviateur. Alors tu dis, ça va parler moteur. Ça va être « Pimp My Ride » dans les airs, tu vois... Comment il a customisé ceci, comment il a trafiqué cela, tu vois ?

–  Ouais...

–  Et ben en fait, pas du tout, le keum, il te parle dessin. Je te jure, comme un putain de prof d'arts plastique. Et même pas, il dessine bien. Non, il est nul. Il dit « je sais pas dessiner mais tu vois, je te fais un serpent qui digère un éléphant ».

–  Ouais mais après, c'est plus tranquille, non ?

–  Même pas ! Il tombe en panne, il est dans le désert. Il répare son moteur. Et là, y a un gamin qui lui dit « Dessine-moi un mouton » !

– Et le gars, il s'étonne pas ?

– Mais non ! Je sais pas, tu croises un enfant dans le désert, tu cherches ses parents. Mais lui, même pas, il se demande juste pourquoi un mouton...

– Moi, j'aurais demandé un loup...

– Mais ouais. Mais il dit, « vas-y, file-moi une feuille », il lui dessine et le gamin, tu sais ce qui dit ?

– Non...

– Il dit « Vas-y, c'est n'importe quoi ce que t'as fait. T'appelle ça un mouton ? Franchement, tu me décois...

– Et il lui en met une ?

– Même pas ! Il prend le dessin, il fait un carré, il dit « Voilà, le mouton, il est dans la caisse, arrache-toi de là, t'es pas de ma bande, casse-toi tu pues... » et le gamin, il dit « cool la boite » et il lui explique qu'il vient des étoiles...

–  C'est chelou quand même...

–  Après il lui parle d'un serpent, d'un renard. Y a tellement d'animaux, on se croirait chez Chantal Goya..

–  Ouais... Et ça se finit bien ?

– Chais pas, il m'a embrouillé à la fin...

– Aut'chronique, Tess a lu pour nous « David Copperfield », le dernier titre de Dickens à peine pressé, déjà dans les bacs.

– Ouais, salut la famille...

– Alors, Tess, ce Dickens, il déchire non ?

– … Ben... J'sais pas mais...

– Oh là....

– Mais ouais mais voilà. Moi, j'ouvre le livre, je m'attends à trouver des trucs et astuces pour faire disparaître la tour Eiffel, Claudia Schiffer, la coke à Las Végas...

– Et alors ?

– Et alors, ils sont où les tours de magie ?! Elle est où la mannequin ?! Là, le type, il raconte sa vie. Et quand je te dis « sa vie », il te raconte même son enfance. Vas-y que je suis né, que c'était pas facile. Vas-y que je me suis fait des amis à l'école, vas-y que je grandis, que je fais des études. Mais, je veux dire... Y va où le garçon ? Pourquoi il nous raconte pas son dernier ciné pendant qu'on y est ? Moi aussi, je peux parler de mon dernier Big Mac. Et y avait de la salade et...

– Pour votre santé, mangez bougez la famille...

– Ouais... Enfin, y a une histoire. Une sorte de Gollum mais humain et puis, plein de personnages mais c'est compliqué. Heureusement, tu vois, le gars, il s'est dit « je vais pas me prendre la tête, je vais faire des courts chapitres comme ça, çui qui veut, il lit ça tranquille, il repose, il passe à autre chose et il revient quand il veut ». Sinon, ma parole, j'aurais pas continué...

– Ouais, on termine avec Sofiane...

– Ouais, la famille...

– Sofiane qui a lu « les Misérables »...

- Victor Hugo, comme mon lycée. Chais pas si c'est un pseudo mais le gars, il aurait pu faire un effort. Dans mon quartier, tout le monde connait Victor Hugo. C'est comme si je disais Boris Vian.

– J'y suis allé quand j'étais petit, l'école Boris Vian, ça craignait, premier jour, je me suis fait dépouiller. Et « les Misérables » ?

– « Les Misérables », Jean Valjean, le type, il fait de la taule, il revient, il a la rage, il veut se venger, leur mettre la misère... D'où le titre, tu vois. Il débarque à Paris, tout le monde est dans la galère. C'est les puces en pire.

– Ouais...

– Alors, il va tout casser. Il se dit « Nique la police », il y va à fond. Et les flics, ils sortent les guns, ils tuent des enfants, et Jean Valjean, ça le met bersek, c'est Hulk tu vois, il défonce tout. Tant est si bien qu'à la fin, les flics, ben, ils sont Misérables...

– Ouais... En vérité, tu l'as pas fini ?

– Vas-y, t'as vu le pavé !? Déjà « le Temps Perdu » faut que je trouve le temps alors « les Misérables », t'es gentil, ça dure trois heures au théâtre et trois ans en bouquin. Alors, je vais le télécharger et je te dirai la vraie fin, ok ?

– Ok... En tout cas, merci la famille pour ces petits conseils lecture, on va enchaîner direct avec Lord Kossity qui va nous parler de son dernier coup de cœur théâtre.... Un truc de Marivaux. En attendant, on va s'écouter un petit LP de Vivaldi, les Quatre Saisons. Respect la famille.

Wesh Culture,  l'émission qui cultive pas que de l'herbe. Spécial dédicace au salon du livre. »