featured_casablanca

- You must remember this, a kiss is still a kiss, a sign is just a sign...

Pendant que le pianiste nous fredonne  "As time goes by", notre maitre d'hotel nous guide jusqu'à notre table où une bougie tient la chandelle entre le sel et le poivre.   

- Si vous le désirez, la maison vous propose un cocktail St Valentin, gratuit pour les couples. 

D'un regard entendu nous concluons que oui, un cocktail serait parfait. D'ailleurs, tout est déjà parfait ici. Tout respire le romantisme, l'amour, le désir. Il y a même des ballons Love ici et là pour que la maison soit dans le thème.

Pour l'occasion, j'ai mis mon plus beau costume, je me suis rasé de près, parfumé, coiffé. J'ai même rajouté une cravate. Je fais homme et ça me fait bizarre. Quand mon reflet  m'a dit d'autorité d'aller ranger ma chambre, j'étais à deux doigts de le faire. Je dégage une dangereuse assurance habillé ainsi. Mieux vaut ne la garder que pour les grandes occasions. 

Ma femme aussi est magnifique. Classe sans en faire trop. Un pantalon noir. Un haut rouge. Simple mais à mon goût. Et à son regard, je sais que je ne lui déplais pas non plus. 

Tout est parfait donc. Si seulement nous étions moins nombreux. 

- A côté, ils ont pris du champagne.

- Hein ? 

Trop de couples essaient de parler par-dessus la musique. 

- Je dis "on est cons, on aurait du prendre du champagne".

- Moi, je sais pas, j'ai pas d'avis.

Elle n'a pas d'avis parce qu'elle n'a pas entendu. Comme le pianiste tente de chanter par dessus les voix, le niveau sonore est très élevé. Heureusement, le serveur arrive pour effacer ce moment de gêne.

- Le cocktail des amoureux...

C''est jaune et rose avec une paille et une ombrelle. Comme un jaune d'oeuf mélangé à de la gelée de porc. C'est assez particulier, vaguement romantique. Un peu cheap par rapport à nos voisins de champagne.

- Tchin !

C'est pas mauvais mais totalement écoeurant. Comme un jus de bonbon. Pour une kermesse, ç'aurait été parfait.

- 'Garde le couple derrière...

Je lui montre une table où deux personnes sont chacune plongée dans leur téléphone. Pas un regard vers l'autre, pas même deux mains qui se rencontrent.

- ça fait peur, non ?

- Je suis désolée, je t'entends pas... Faut vraiment que tu parles plus fort.

- Je disais... rien, je disais rien...

Je ne vais pas hurler devant tout le monde que ce couple est terrifiant.

J'essaie donc de lui faire comprendre par signe qu'il faut qu'elle se retourne. La fille a levé son téléphone au-dessus de sa tête, lui a montré son verre en retrouvant le sourire et hop, un selfie réussi, ah non pas assez, on le recommence, attend, là, non, mal cadré, encore un effort, on recommence, voilà, avant qu'elle ne l'envoie à ses contacts et que lui approuve en ligne, le fait qu'il passe une bonne soirée en sa compagnie.

- And when two lovers woo, they still say, I love you, on that you can rely...

A côté de nous, l'ambiance est bien plus chaude. Torride même. On dirait deux adolescents qui vont passer leur première nuit ensemble. Il se passe clairement des choses sous la nappe, j'ai l'impression qu'elle le cherche avec ses pieds. A moins que ce soit lui qui ait les mains baladeuses. A côté d'eux, on parait tellement sages. Si sages que c'en est complexant. Peut-être que c'est leur première St Valentin. A leur place, nous aurions certainement retourné le restaurant. Alors que là, on sirote un cocktail qui va nous rendre diabétiques en essayant de se comprendre par signe et sourire.

Et pourtant, je suis content d'être là. Et je suis content d'être amoureux. Simplement, je ne pensais pas que tout le monde a eu la même idée de vouloir passer une soirée intime  dans le même restaurant.

- Moonlight and love songs never out of date...

Derrière moi, un couple vient de capter l'attention. Elle vient de recevoir un magnifique bouquet de roses blanches. Autour de nous, les femmes sont ravies. Les hommes paraissent plus gênés.

- Je suis désolé, j'ai pas pensé à t'offrir de roses

- Non mais c'est pas grave, c'est très bien...

- De toute façon, je sais pas comment elle va faire. T'as vu la taille du bouquet ?

- Oui, c'est gentil, c'est attentio...

- Elle va jamais pouvoir manger. Je sais même pas s'ils ont des vases de cette taille ici.

- Peut-être mais...

- Elle va le garder contre elle, tout le repas.

- C'est romantique.

- Oui mais c'est franchement pas pratique !

Elle hausse les épaules. Je sens bien qu'elle aurait aimé la même chose. Si seulement, il y avait pas tous ces couples, on serait bien.

- It's still the same old story, a fight for love and glory, a case of do or die

En attendant, le couple d'à côté est gentiment en train de se déshabiller. Sa jupe est remontée jusqu'en haut de ses bas.

- Je suis désolée, j'aurais du faire pareil...

Je fais mine de ne pas comprendre.

- Me mettre en jupe, sortir les jarretelles.

- Oui mais non... non... enfin, si... m'enfin c'est comme tu veux...

- J'ai pas eu le temps. J'ai vu des modèles mais bon. Et puis, honnêtement, j'avais pas envie de courir...

La suite, je ne l'ai pas tellement comprise parce que le pianiste a terminé son morceau et est parti sur un autre. Mais j'ai deviné qu'il s'agissait de problèmes liés au quotidien, la flemme, le manque de temps et puis franchement, l'argent que ça coûte pour une bête soirée. J'ai hoché la tête, compréhensif, alors que je n'entendais que la moitié de ma moitié.

Derrière elle, le couple communiquait enfin, chacun montrant satisfait son portable à l'autre. ça n'a duré qu'un instant avant qu'ils ne replongent dans leur écran. En les regardant, j'ai su qu'on était un couple parfait. On communiquait, on se regardait, on échangeait. Du moins, on essayait.

Le moment était parfait. Je glissais ma main dans ma poche, près à offrir le bijou à ma bien-aimé.

- Ce n'est pas grand chose, bien sûr, mais je me suis dit que ça te ferait plaisir.... 

Ce n'est pas moi qui ait parlé, c'est la table d'à côté. Je n'ai pas eu le temps de sortir la boite qu'il a présenté un bracelet magnifique. Sa femme a poussé des cris de surprises et de joie. En comparaison, ma breloque a l'air d'être en plastique. Et à moins de mimer l'orgasme, ma femme pourra difficilement avoir une réaction similaire.

Tant pis, ce sera pour la prochaine fois...

Le serveur arrive enfin vers nous.

- Vous avez choisi ?

On se consulte une seconde, et après un court débat silencieux, on est d'accord, une nouvelle fois.

- Vous faîtes à emporter ?

 

...................................................................................................................................................................................

 

Le PC sur les genoux, l'épisode vient de se terminer. 

- Qu'est-ce qu'on fait ?

-Je suis désolé, je me suis gavé, je serais pas capable...

- A mon avis, c'est un menu spécial couples abstinents...

- Le chef nous fait payer son célibat.

- Et le serveur a craché dans le plat.

- Tu veux qu'on regarde la suite ?

- Pourquoi pas, le temps de digérer.

- Tu me passes un coussin ?

Si l'amour, c'est de regarder dans la même direction, autant qu'on soit bien installés. 

- Allez, comme dit l'autre, play it again Sam !