2017-02-25 09

 En premier lieu, je tiens à m'excuser même si ce n'est pas moi le responsable. Il vit sous mon toit, certes. Mais jamais je ne lui ai dit de venir voler quoi que ce soit chez vous.

Pour tout vous dire, c'est un problème qui a commencé au printemps, quand mon chat, particulièrement en forme, nous a ramené quelques souris. Une dans ma chaussure, une au pied du lit, une près des toilettes. Ma fille en a même trouvé une sous son oreiller alors même qu'elle n'avait perdu de dent.

J'avoue, j'étais fier. En partant de Paris, mon petit chat d'appartement est devenu un chasseur redoutable.

Bien entendu, il fallait ramasser les bêtes mortes, dénouer les boyaux qui tenaient les deux parties du corps, reconstituer les têtes quand il manquait un oeil, trouver les parties manquantes. Faire un peu le ménage. Pas de quoi fouetter un chat. 

Malheureusement, je crois bien que ces petites chasses ont réveillé l'instinct de mon animal.

Lorsqu'il nous a ramené son premier lapin, j'ai bien compris qu'il avait pris goût au sang.

Nous étions en train de manger la bête quand il nous en ramené un deuxième. Entre nous, lorsqu'ils sont morts, ils sont beaucoup moins mignons.

Il a fallu quelques jours pour retrouver le troisième et quatrième. Et si je boîte un peu, c'est parce que j'ai glissé sur le cinquième.

Au grand air, mon chat a retrouvé du poil de la bête.

Lorsqu'il nous a ramené un faisan, nous avons commencé à nous inquiéter. A ce rythme là, il n'allait bientôt plus y avoir une seule bête dans toute la campagne.

Les autres animaux le craignaient. Même mon chien préfèrait l'éviter plutôt que de croiser sa route.

Du faisan, nous sommes passés au blaireau.

Nous avons alors décidé de ne voir que le côté positif. Avec toutes ces bêtes mortes, nous pouvions faire un joli cours sur la faune de la région.

Jusqu'au jour où je trouvais les cornes. J'ai suivi une trainée de sang avant de tomber sur le reste d'une tête de chevreuil qu'il a mis plusieurs jours à digérer. J'ai préféré lui laisser. Tant qu'il machouillait ce morceau de cadavre, il laissait en paix les autres espèces de la région. En période de reproduction, ça me semblait être le plus important. 

Et cette nuit, quand il m'a réveillé, je ne m'attendais pas du tout à recevoir ce genre de cadeau.

Dans mon demi-sommeil, j'ai d'abord cru à un mauvais rêve. Comment mon compagnon avait pu tirer une telle bête, je suis bien incapable de le comprendre. Toujours est-il qu'à mon réveil, les yeux encore fermés, j'ai trébuché dessus. Je me suis étalé comme une crême renversée avant de me demander ce que faisait cette vache au milieu de la pièce. Elle prenait toute la place, pas moyen de l'éviter. Devant son regard vide, j'ai eu un soupçon de culpabilité.  

Alors voilà, je vous la ramène avec toutes mes excuses. J'ai eu un mal de chien à la tirer, elle pèse son âne mort. Je suis à deux doigts de penser que mon chat fait de la muscu en cachette. 

J'ai toujours dit en rigolant que c'était un tueur en souris. ça ne faisait rire que moi.

Maintenant, si je peux vous donner un conseil, ce serait d'enfermer vos bestiaux, le temps que le printemps se tasse. Et si vous pouvez vous-mêmes rester chez vous, ça m'éviterait de vous retrouver éventré dans mon salon.

Ce n'est pas un mauvais animal, il a un très bon fond. Il aime jouer comme tout le monde. Il aime dormir aussi.

L'été, il ne fait que ça. Il n'y a donc pas à s'inquiéter. Il faut juste être un peu patient.

Et promis, dès que je retrouve les pattes arrière, je vous les ramène.

Comme ça, vous aurez un animal complet.