IMG_5852

 

- Silence ou je coupe le wifi...

Depuis le temps que la maitresse utilise cette menace, plus personne ne la croit.

De toute façon, en début de cours, on est encore dans notre jeu. Ceux qui construisent des défenses en veulent à ceux qui ont détruit leurs bâtiments tandis que d'autres rajoutent un dernier noeud sur la tête de leur chiot.

- Allez, on ferme les applis. Le cours va reprendre. 

Tout le monde éteint son jeu.

- On va faire une petite dictée...

Tout le monde obéit.

 - Et s'il vous plait, on retire la correction automatique....

Sauf moi.

 - Oui ?

- Maitresse, ma tablette s'allume pas... 

- J'imagine que tu y as fait très attention...

C'est vrai que je suis un peu brusque. Je l'ai fait tomber des tas de fois. Mais jusqu'ici, elle a plutôt résisté. Alors que là, c'est le noir total.

- Tu as essayé de la rebrancher ?

Autour de moi, ça chuchote, ça rigole, ça se moque. Je suis désigné comme la prochaine victime de la maitresse. En partant de moi elle va nous dire qu'on ne fait pas attention à nos affaires, que les fournitures coûtent trop chers, qu'on est des enfants gâtés, qu'on ne mérite pas son enseignement, qu'on n'a pas idée de la valeur des choses et qu'une journée à l'usine avec des camarades moins bien lottis que nous nous remettraient les idées en place.

En attendant, c'est pas ma faute. ça marche pas, un point c'est tout.

- Bon... Viens au bureau...

Je m'approche. 

- Ouvre le tiroir de droite. La clé du milieu, c'est celle de la remise. A ta gauche, en entrant, il y aura une pile de cahiers, tu en prends un. Tu... Attends, j'ai un double appel... 

La maitresse disparait.

On attend tous sagement.

Mais au bout d'un moment, certains ne tiennent plus. Ils se lèvent, font les clowns devant la caméra. C'est un jeu drôlement dangereux. Si la maitresse les chope en train de faire la grimace, c'est la punition directe avec un mail à leurs parents. 

Plutôt que d'attendre, autant aller à la remise.

Un vrai musée de l'école. C'est rempli d'objets qui ont servi un jour et qu'on a mis là pour ne pas s'en débarrasser. Une énorme carte de France avec les fleuves mis en évidence. Une équerre gigantesque accrochée à une paterre. Des tubes de colles. Des trousses, des gommes. Et même une vieillle ardoise et des craies multicolores.

Je repère la pile de cahiers, j'en prend un. Je vérifie qu'un rat ne s'est pas fait les dents dessus et repart avec. 

- ... Et croyez-moi, vous n'avez pas envie que je vienne en direct vous donner cours...Vraiment !

J'essaie de remettre la clé en silence pendant que les autres se font sermonner. 

- Tu as trouvé ?

- Euh oui... J'ai...

Je lui montre le cahier.

- Et tu as pris un stylo, bien sûr...

Je savais que j'avais oublié un truc.

- Bon, ben, on t'attends...

Lorsque je reviens, tout le monde est prêt à écouter la dictée. La maitresse, elle, est concentrée sur son téléphone.

- ça charge...

Leurs doigts sont prêts à taper sur leur clavier. Il n'y a que moi qui ait du mal avec mon bic.

- Qu'eeeeest ce qui se passe.... Je suis désolée, c'est plus long que prévu....

Si elle ne se dépêche pas, on va louper la récré.

- Boooon...

Elle se lève, s'éloigne de la caméra, va au bout de son salon vers sa bibliothèque. 

- On va faire ça à l'ancienne.

Le temps de trouver le bon livre, la sonnerie retentit.

- Maîtresse ?

- Oui ?

- On peut partir en récré ?

- Oui, oui... On fera la dictée plus tard...

Tout le monde se détend mais personne ne sort. Chacun retourne à ses chiots, à ses constructions. Je suis le seul à ne pas savoir quoi faire.

J'ai cru voir un ballon dans la remise. Si j'étais pas si pressé, je l'aurai pris avec moi. J'aurai joué un peu dans la cour. Peut-être même que les autres m'auraient rejoint. Maintenant c'est trop tard. Tout le monde est occupé, tout le monde est connecté.

Et moi, je ne sais pas quoi faire.

J’ai presque peur.

Peur de m’ennuyer.