drunk-driver-illo-csa-printstock-istock-940x540

Je m'approche de la vitre. Le type ne fait même pas semblant d'avoir peur de moi.

- Bonjour monsieur, gendarmerie, vous pourriez sortir de votre véhicule s'il vous plaît ?

Vu son air, je ne suis même pas sûr qu'il ait compris ce que je viens de lui dire.

- Qu'essce q'vous m'voulez ?

- Ben, rien, je suis de la gendarmerie, pourriez-vous s'il vous plaît, sortir de votre véhicule ?

Il tente de lever les yeux vers moi mais ça lui demande trop d'efforts. Autant que de retirer sa ceinture sur laquelle il s'énerve une bonne minute. Finalement, il ouvre sa porte, pose un pied par terre et manque de s'écrouler en avant.

C'est mon quinzième cette année.

La première fois, on m'a vomi dessus. La fois suivante, c'est une masse qui s'est écroulée sur moi.

Je me suis même retrouvé au milieu d'un couple, trop occupé à s'entretuer pour comprendre que c'était moi qu'ils martyrisaient.

Les collègues m'ont finalement appris à anticiper les gestes, à esquiver les gens bourrés, à prendre sur moi en cas d'accident.

"De toute façon, on ne sert plus à rien alors autant faire profil bas".

C'est leur philosophie, pas la mienne. Moi, je sais pourquoi j'ai été engagé. Je suis là pour me faire respecter.

Et pour remettre des types droits.

Comme lui.

Si il ne meurt pas au volant, ce sera peut-être grâce à moi.

En attendant, je lui tend un ballon, ce qui réveille en lui un vieux réflexe de méfiance.

- Qu'essce vous voulez qu'j'en fasse ?

- Je vais vous demander de bien vouloir souffler.... 

- Pouquoi vous voulez que souff' ?

- Il suffit de vous regarder :  vous sentez l'alcool à plein nez. Vous n'êtes pas en état de conduire. Vous tenez à peine sur vos jambes. J'aimerais déterminer la dose ingurgitée...

- Alors là, j'comprends pas...

- Y a pas à comprendre. Vous soufflez. Point.

Tout ça a l'air de bien l'amuser.  A son regard, je suis un pauvre type qui vient d'une autre planète.

- Et ben d'accord. J'vais souffler.... Z'êtes prêt ?

Il ne me lâche pas du regard. Comme si ce ballon, c'était pour moi.

- Et voilà, ton p'tit ballon...

J'aurais aimé avoir un gagnant. Malheureusement, ce type n'arrive qu'à la quinzième place.

Il n'a pas bu tant que ça. Simplement, il ne tient pas l'alcool. 

- J'peux y aller maintenant ?

- Vous savez qu'il est dangereux de conduire en état d'ivresse ? Vous savez que l'alcool altère vos réflexes...

Ce regard, ils l'ont tous. Ce petit "j'écoute ton sermon comme un petit garçon mais après, je retourne me torcher comme un homme". Lui rajoute des "oui, oui" pour que j'accélère. Un petit "je sais" histoire que je la boucle plus vite.

S'il y a bien quelque chose qui le saoule, c'est mon discours.

- ... Et sans compter cela, l'alcool c'est mauvais pour la santé...

- Clair comme de l'eau de roche...

- Vous le savez, oui ?

- Oui....  Je peux y aller maintenant ?  

Je pourrais le retenir. Je pourrais même le ramener au poste, le temps qu'il cuve. Mais je sais déjà ce que mes collègues diront.

- Sincèrement....

- Mais vous avez compris, hein ?

- Touuuut compris....

Il n'attend même pas que je termine.

- Bon allez, à la revoyure...

Je le regarde tourner au coin de la route.

Une chance sur deux pour qu'il ne tienne pas jusqu'à la fin de son trajet.

Je vérifie une dernière fois son niveau d'alcool.

Je le jetterai dans la prochaine poubelle.

Finalement, mes collègues ont raison : depuis que les ivrognes conduisent des voitures autonomes, on ne sert vraiment plus à rien.