star-wars-le-reveil-de-la-force-1_5476990

J'avais prévenu, je ne cèderai pas.

Pour rien au monde, je me trainerai jusqu'au cinéma pour voir l'énième retour de la Guerre des Etoiles. Ce ne sont pas les bande-annonces qui m'y pousseront. Pas même, les premières critiques. Ni les interviews des acteurs. Ni les reportage. Ni Harrison Ford, ni J.J. Abrahams. Ni Chewbacca...

Ce midi, je suis le premier dans la salle.

Comme ça, je l'aurais vu et on n'en parlera plus.

Quand les gens me diront "Tu crois que c'est bien", je répondrais "je l'ai vu, passons à autre chose comme la faim dans le monde, si tu veux bien".

Le sujet sera clos. On passera à autre chose.

En attendant, je m'installe bien au milieu, j'étends mes jambes et me prépare à juger ce nouvel opus avec l'oeil acerbe du critique à qui on ne l'a fait pas.

"Tu sais que Disney prépare aussi un autre film qui se situe AVANT la première trilogie ?"

Ceux qui viennent d'entrer doivent avoir mon âge mais donnent l'impression de ne pas avoir tout à fait fini leur scolarité. L'un joue l'érudit tandis que l'autre boit les paroles du sage.

"Ce sera un stand alone. On sera moins dans le sequel que dans le spin-off"

Trois ados viennent ensuite s'asseoir dans un coin, machouillant du popcorn en faisant le tour des derniers potins.

Deux autres filles, à peine plus âgées, se calent pile devant moi. En attendant, elles prennent des selfies, vérifient le résultat, se rendent compte que ma tête d'enterrement apparait en arrière plan, recadrent autrement, m'ont toujours dans le champ, recommencent...

- Enlève ton manteau, tu vas avoir trop chaud.

- Maman, le monsieur, il est trop grand.

Ce n'est pas moi qui suis trop grand, c'est lui qui est trop petit.

- Bah, viens ici, alors.

- Non, je veux me mettre au milieu. Il a qu'à se baisser...

J'hésite à me retourner pour lui lancer mon regard de tueur.

A son âge, on est inconscient du danger et il n'est pas impossible qu'il soit plus fort que moi.

Et puis finir en prison, entre midi et deux, c'est un peu la honte.

Je fais donc le vieux sourd qui s'en cogne.

C'est pour ça que ses genoux viennent cogner dans mon fauteuil.

Pour me souvenir que je suis sourd et vieux.

Et que je gêne. 

Mais à ce petit jeu là, je ne cède pas. 

Du moins pas longtemps.

Je fais semblant de chercher quelque chose, je me relève et je change de place, lançant un regard lourd de reproche au mini-tyran qui me renvoie un sourire satisfait.

C'est bien petit, un jour tu dirigeras la Corée du Nord. 

Deux cadres sup' se joignent à nous et se mettent deux rangs devant.

La lumière s'éteint, le film commence.

"Tin tin tin tin  Tin tin tin tin Tin tin tin tin tin Tin tin tin tin tin

(paroles de John Williams)"

"Dans une Galaxie loin d'ici, les Ewoks se remettent d'une nouvelle nuit de débauche."

"Ils ont fêté la victoire et maintenant, leurs poils frisent"

"Mais une nouvelle menace va bientôt menacer la galaxie".

"Une menace menaçante"

"Heureusement, Luke et ses amis veillent au grain"

- Qu'est-ce qu'y a écrit, Maman ?

- Euh... La guerre est finie. Mais elle va repartir.

 - You mess with the wrong Wookie, Motherfucker !

- Et là ?

- Il lui dit qu'il va se venger, chut !

- You know how they call a quarter pound cheese on Tatoïne ?

- Ils discutent épicerie galactique, tais-toi..."

- Go ahead, Jedi punk, make my day

- C'est lui Dark Vador ?

- Non Dark Vador, il est mort, chut maintenant.

- Mais depuis quand ?

- Depuis qu'il est mort. Tais-toi, tu gênes tout le monde. 

Mais ce petit lapin s'en fout comme de l'an Carotte.

Il ne parle pas un mot d'anglais, il ne sait pas lire les sous-titres et il est venu au cinéma regarder un film qu'il ne comprendra jamais parce qu'il n'a pas vu toute la saga. Les tenants et les aboutissants lui échappent. Mais ce n'est pas grave.

Tant qu'il peut gâcher MA séance.

L'un des cadres sup a rallumé son téléphone et checke son profil Facebook.

- T'as remarqué le casque du droïde, c'est un hommage au comics des années 70...

Maintenant que le petit s'est mis en veilleuse, c'est l'érudit qui prend le relais...

- Et c'est Guillermo Del Toro qui fait un caméo. Là, en flou !

J'ai l'impression d'être au spectacle de Guignol. Devant moi, deux des ados se déplacent vers les deux filles.

Aussi discrets que des yamakasis.

L'un tente même la roulade et la rate pathétiquement.

Resté seul, le troisième ado se console en ouvrant un paquet de bonbons.

Lentement.

Le plus lentement possible.

Pourquoi être désagréable une seconde quand on peut polluer pendant cinq minutes ?

Une fois qu'il a bien ouvert son paquet, il glisse sa main dedans.

Lentement.

Encore plus lentement.

Il fait du Taï Chi gourmand.

- Dark Vador was my master. And I'm the new hope...

- Nan mais franchement, il est pas trop chemo le méchant ? Sérieux ?

Trop occupés à se bécoter, les autres ados n'ont plus l'esprit critique.

- Pourquoi le monsieur, il a des boutons ?

- C'est pas des boutons, c'est des poireaux, chut !

Je n'en peux plus.

- Moi, j'aime bien ce style...

- Toi, t'aimes les thons !

Faut que je me retienne.

- Au début, ils avaient pensé à De Niro. Pour faire un coup, tu comprends.

- Il reste des Dragibus ?

- C'est le fils de Dark Vador alors ?

- C'est plus compliqué, chut...

Il faut que je pense Jedi.

- Y a Fatou qui me demande où on est, je lui réponds ?

- T'as compris l'hommage à la pré-trilogie ? Quand il a parlé de la République, t'as entendu ?

ça ne peut pas continuer à durer. 

- Pourquoi Han Solo, il est vieux ?

- Parce qu'il a vieilli, chut...

- Mais Chewie, il a pas de poils blancs ?

- Il a la pelade, silence maintenant, tu gênes le monsieur.

- T'as qu'à lui dire qu'on s'est isolés pour bosser.

- Clin d'oeil à Harryhausen, t'as vu ?

- J'ai soif. Vous avez rien amené ?

J'avais prévenu, je ne cèderai pas.

Malheureusement, je n'ai pas pu tenir. 

Il a fallu que je gueule sur tout le monde.

Que je rappelle à tous qu'on n'était pas venu ici pour beurrer les moules.

Que s'ils voulaient parler devant le film, ils pouvaient attendre de le louer en DVD.

Et que ça faisait vraiment chier d'avoir autant de cons dans une salle de merde pour regarder un film à la con.

La sécurité est rapidement intervenue.

Tous les autres ont pu tranquillement papoter, se bécoter, demander des infos, grignoter des chips, répondre à des pokes pendant que moi, j'étais viré comme un malpropre.

ça m'a foutu les glandes.

Mais c'est pas grave.

Je l'avais vu.

Je pouvais en parler.

Au pire, j'inventerais pour la fin.

J'ai qu'à dire que Luke a enfin retrouvé sa maman. 

La boucle est bouclée. 

Tout ça, ce n'est qu'une histoire de famille. 

Dans le prochain épisode, il rencontrera son oncle. 

C'est comme un Pialat mais avec des effets spéciaux.

Tout cela finira par un grand repas de famille.

Et à la fin, tout le monde s'engueulera.